Herpès génital

Sommaire

Sur le corps, l'herpès peut apparaître à plusieurs endroits :

Le visage est lui aussi souvent touché : herpès du nez, herpès oculaire, herpès buccal, herpès labial, etc.

Herpès génital : infection sexuellement transmissible

L'herpès génital est une maladie transmise par un virus :

  • le plus souvent : le virus de l'herpès HSV2 (Herpes Simplex Virus de type 2),
  • dans des cas rares : le virus simplex HSV1 par exemple lorsque la première manifestation de l'herpès à lieu sur le visage ou sur les doigts et que la personne s'autotransmet le virus sur une autre partie du corps.

Cette maladie fait partie des IST (Infections sexuellement transmissibles). Elle s'attrape :

  • par contagion lors d'un contact avec une personne porteuse du virus de l'herpès,
  • ou par autocontamination du sujet qui a développé une autre forme d'herpès.

Lorsque le virus s'est manifesté une fois, la personne atteinte pourra rechuter par poussées d'herpès à cause de facteurs physiques ou psycho-émotionnels : traumatismes cutanés, chaleur ou surexposition au soleil en été, état de fatigue général, fièvre, maladie, stress, anxiété, période de menstruations chez la femme, etc.

Lire l'article

Une maladie qui peut apparaître dès l'adolescence

Tout le monde peut avoir cette maladie : elle peut apparaître à la puberté et jusqu'à environ 40 ans.

À noter : en 2020 l’OMS estimait à 491 millions le nombre de personnes de moins de 50 ans touchées par l’herpès de type 2, c'est 17 % de plus qu'en 2019 !

L'herpès génital peut être latent pendant plusieurs années, puis se déclarer sous le coup d'un choc émotionnel ou d'une maladie.

Attention ! L'apparition de l'herpès dans un couple n'est pas forcément le signe qu'un partenaire trompe l'autre car le virus a pu rester en sommeil pendant plusieurs années.

Les adolescents doivent être informés et sensibilisés au problème de la contagion herpétique afin :

  • de prendre les mesures préventives nécessaires,
  • et surtout de consulter un médecin dès les premiers symptômes.

Comme toutes les autres formes d'herpès, l'herpès génital est dangereux pour le nourrisson si la femme enceinte se trouve atteinte par ce virus dans les deux derniers mois de grossesse (risque de contamination intra-utérine dans 5 % des cas et à la naissance dans 10 % des cas).

Lire l'article

Symptômes : boutons, démangeaisons, maux de tête

L'herpès génital se localise sur les parties génitales ou au niveau de l'anus :

  • il peut être très visible ou peu apparent,
  • il s'accompagne de boutons, lésions, rougeurs et/ou cloques.

Il provoque des démangeaisons ou des brûlures avec parfois de la fièvre et des maux de tête.

Lire l'article

Traitements à envisager et précautions nécessaires

L'herpès génital se soigne généralement bien, mais revient par poussées régulières. Il peut donc contaminer le ou la partenaire si l'on ne prend pas les mesures préventives nécessaires.

Pas de rapport sexuel pendant les poussées herpétiques

L'herpès génital peut durer 3 semaines et reste contagieux pendant le traitement médical. Pendant les poussées d'herpès, il faut éviter les rapports sexuels (et les rapports bucco-génitaux) :

  • la contagion est souvent inévitable ;
  • le préservatif masculin ne garantit pas à 100 % la non-contamination si les lésions ne sont pas protégées.
Lire l'article

Bon à savoir : une infection au HSV2 multiplie par trois le risque de contracter le VIH (virus du sida) en raison de l’immunodéficience. Ainsi, 60 à 90 % des séropositifs ont aussi le HSV2.

Un traitement indispensable

La consultation médicale chez un médecin traitant ou un gynécologue est impérative pour établir le diagnostic de l'herpès : le dépistage peut nécessiter un test sanguin.

Lire l'article

Il existe des traitements antiviraux préventifs et curatifs :

  • personne en bonne santé : traitement antiviral indispensable ;
  • personne fragilisée ou femme enceinte :
    • traitement antiviral,
    • en cas d'herpès génital au dernier mois de grossesse : accouchement par césarienne recommandé pour éviter la contagion dangereuse à ce stade chez le nourrisson.

Le virus reste plus problématique chez les sujets atteints d'une maladie grave, les immunodéprimées ou encore chez la femme enceinte. Les mesures de prévention comportent l’éducation dans les écoles et sur les maladies sexuellement transmissibles des femmes enceintes, ainsi que la vigilance sur la maladie en néonatologie.

Attention ! L'importance de diagnostiquer le virus au plus vite est d'autant plus indispensable pour ces personnes.

Approche en médecine traditionnelle chinoise

En médecine traditionnelle chinoise (MTC), on considère que l'herpès est dû à un excès de chaleur et d’humidité du foie et de la vésicule biliaire. La prise en charge s'effectue en acupuncture pour guérir les plaies liées à l’herpès. On a en plus recours à la pharmacopée. Dans le cas précis de l'herpès génital, on utilise en général la formule LONG DAN XIE GAN TANG (décoction de gentiane pour drainer le foie).

En dehors de la crise aiguë, on s'attache à renforcer le système immunitaire afin de réduire le risque de crises récurrentes d’herpès. En MTC, l´immunité repose en grande partie sur les fonctions du poumon, tributaire aussi de la force du système digestif. C'est pourquoi on utilise des plantes qui agissent sur ces deux systèmes comme la racine d’astragale (huangqi) ou des plantes telles que le ginseng.

Aussi dans la rubrique :

Comprendre l'herpès

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider